• Centre de Bercheux

    Début du projet, convention faisabilité en 2021

    --

    Description du projet :

    Le projet consiste en un aménagement global du cœur de village de Bercheux. Il a pour objectif de transformer l’espace comprenant la place du Sacré-Cœur en un lieu sécurisé, polyvalent de rencontre et de convivialité à destination des habitants. Il doit aussi permettre de sécuriser les différents carrefours et d’améliorer les accotements et cheminements piétons des rues adjacentes (rues du Paradis, de la Diligence, de l’Eau Machot et des Rogations).

     

    Enjeux ressortis lors de l’analyse de l’ATEPA à prendre en compte lors de l’aménagement :

     

    Centre de Bercheux

    Carte de synthèse des enjeux du site

    1. L’affirmation des lieux comme noyau originel du village.

    Afin de renforcer l’identité du village en marquant le lieu d’origine et en lui offrant un potentiel attractif pour les habitants comme pour le développement actuel d’un tourisme diffus.

    2. La définition d’un périmètre d’intervention large permettant d’instaurer une cohérence d’ensemble et une continuité des cheminements.

    Un enjeu majeur est de prendre en compte un périmètre d’intervention cohérent. En effet, il est important de ne pas se restreindre à la place du Sacré-Coeur mais plutôt d’étudier le projet de façon globale pour affirmer le noyau originel mais également pour assurer une continuité dans les aménagements et cheminements devant mener aux différentes fonctions du village.

    3. La diminution de l’espace dédié à la circulation automobile au profit de la convivialité et de la sécurité des piétons et des cyclistes.

    4. La lisibilité de l’espace par la hiérarchisation des voiries (sans cloisonnement).

    Sur base de la hiérarchie définie dans le PCM, la rue du Paradis et logiquement la traversée de la place sont d’un statut supérieur aux ruelles voisines. Celles-ci doivent donc être aménagées pour décourager le trafic de transit tandis que la traversée de la place devra toujours permettre le passage de ce trafic et de véhicules lourds mais à vitesse réduite.

    5. La continuité et la sécurisation des cheminements piétons, principalement vers la N85 et le long de l’ancien cimetière.  

    6. La prise en compte de différents sous-espaces, aux ambiances et usages variés, à aménager spécifiquement tout en ayant une cohérence d’ensemble.

    L’analyse a montré que la place du Sacré-Coeur comprenait 3 sous-espaces auxquels s’ajoutent l’ancien cimetière et la plaine de jeux ainsi que le carrefour rue du Paradis – rue Haute – rue de la Diligence. Il s’agira de prendre en compte les spécificités et ambiances de chaque espace :

    ·        la polyvalence, l’espace ouvert et un lieu rassembleur pour « l’espace triangulaire » ;

    ·        la convivialité, l’aspect végétal et commémoratif pour « l’espace du Monument aux Morts » ;

    ·        l’espace ouvert, l’accessibilité et un lieu de liaison pour « le parvis de l’église » ;

    ·        la quiétude et l’ouverture paysagère pour l’ancien cimetière ;

    ·        le récréatif et le multigénérationnel pour la plaine de jeux.

    7. La préservation du caractère polyvalent de la place du Sacré-Coeur.

    Même si la place n’est pas uniforme au vu de ses sous-espaces, elle ne doit pas non plus être cloisonnée et doit impérativement garder son caractère ouvert et polyvalent. Au plus cet aspect est rencontré, au plus il permettra des usages et appropriations multiples du lieu, pourra répondre aux attentes de chacun et sera utilisé par un public nombreux. Pour cela, il est essentiel d’éviter la multiplication d’éléments ponctuels qui viendraient obstruer l’espace ou le morceler en plusieurs parties. L’espace doit rester ouvert, plan et donner une impression d’unité, tout en sécurisant les différents cheminements.

    8. L’aménagement des espaces en tant que places et de manière transversale afin de ne pas accentuer l’effet longitudinal de la voirie (qui risquerait d’augmenter la vitesse du trafic).

    Une attention particulière sera notamment portée aux accotements qui seront conçus davantage comme des cheminements piétons sécurisés que comme des trottoirs « urbains » qui accentueraient la lecture longitudinale de l’espace.

    9. La bonne gestion et prise en compte des devant-de-portes privés dans la conception de l’aménagement.

    Il est essentiel d’inclure dans la réflexion les devant-de-portes privés, parfois trop aménagés, parfois négligés, afin de remédier à ce manque d’harmonie et d’éviter une division des différents aménagements. Cela permettra en outre d’affirmer le site comme noyau originel du village et d’instaurer une cohérence globale dans le cœur du village.

    10. L’équilibre entre aménagements minéraux et végétaux.

    Le site étant actuellement largement minéralisé, il conviendra de trouver un juste équilibre entre minéral et végétal, entre ce qui doit nécessairement être aménagé à l’aide de revêtements minéraux et ce qui peut être végétalisé, notamment dans une optique de minimisation de l’imperméabilisation des sols.

    11. La mise en valeur du patrimoine du village et des éléments identitaires pour les habitants.

    L’aménagement du site doit mettre en valeur le patrimoine bâti et naturel présent dans le village. Suivant les souhaits et besoins des habitants, il s’agira également de valoriser sobrement les éléments identitaires présents.

    12. L’emploi de matériaux et de teintes en accord avec le cadre bâti villageois.

    La palette des matériaux disponibles étant quasiment infinie, il est essentiel que le choix s’opère sur base du contexte bâti et paysager et de l’usage souhaité.

    13. Le maintien et la valorisation des vues vers le paysage au sud du village depuis l’ancien cimetière et « le parvis de l’église ».

    14. L’enfouissement des câbles aériens et la suppression de poteaux électriques pourra être envisagé de façon à mettre en valeur l’espace public.

    15. L’intégration des éléments techniques existants et potentiellement futurs (mobilier, luminaires, coffrets électriques, poteaux TEC et abribus, container pour vêtements, stationnement vélo…).

    La mise en œuvre du projet est l’opportunité d’intégrer les éléments techniques et le mobilier. Le nombre d’éléments ponctuels sera limité en fonction des besoins stricts et de préférence regroupés. Leur intégration devra être étudiée en relation avec le projet global.